LE MONDE BOUGE N° 03 : CHINE – RUSSIE, UNE ALTERNATIVE A LA DEMOCRATIE OCCIDENTALE

Le monde politique mondial est en mouvement. Les députés chinois, après la récente révision constitutionnelle donnant à Xi Jinping la possibilité d’un pouvoir à vie, viennent de le réélire, ce samedi 17 mars 2018, pour cinq ans à la tête de la seconde puissance économique mondiale. Les observateurs imputent au président chinois une volonté de concentration de tous les pouvoirs entre ses mains.

Pendant ce temps, les Russes ont renouvelé leur confiance à Vladimir Poutine par un vote de plus de 76% des voix à l’élection présidentielle du dimanche 18 mars 2018. Avant le scrutin, selon un soutien du président, rapporté par RFI, « Vladimir Poutine nous tire tous vers le haut, …  Il nous rend fiers de nous et de notre pays. Grâce à lui, nous avons récupéré la Crimée et maintenant tout le monde comprend que nous sommes une grande puissance. » Poutine lui-même donne de la voix : « « Nous voulons que notre pays brille et soit tourné vers l’avenir… Si nous faisons cela, la décennie à venir et tout le XXIe siècle seront marqués par nos victoires les plus brillantes. Ensemble, nous formons une équipe »

Poutine perçoit son élection comme un signe de reconnaissance du peuple russe pour les avancées obtenues dans un contexte difficile et promet de maintenir la Russie au premier rang sur la scène internationale. Il fera de la Russie au cours de son prochain mandat une puissance militaire et une puissance internationale. Le président chinois, Xi Jinping, a été l’un des premiers à féliciter Poutine et à lui exprimer sa disponibilité à renforcer la collaboration sino-russe pour une gouvernance mondiale au service de la paix.

Xi Vladimir
Jinping – Poutine, un duo qui influencera la conduite des affaires du monde ces prochaines années. 

Vues d’Afrique, ces deux élections majeures, représentent des défis lancés à la démocratie occidentale qui se montrait fière à la chute du mur de Berlin au début des années 90. L’Américain Francis Fukuyama qui avait proclamé la fin de l’histoire, après avoir été contredit par les extrémistes d’Al Qaeda et de l’EI, voit sa thèse de généralisation de la démocratie occidentale fortement remise en cause par les deux grandes puissances mondiales, après les Etats-Unis d’Amérique. Faut-il penser à une tropicalisation de la démocratie en Afrique après cette remise en cause par les majors du BRICS de la démocratie occidentale.

La principale leçon de ces scrutins est que les dirigeants occidentaux sont moins critiques vis-à-vis de Moscou et de Pékin sur leurs choix démocratiques contrairement à ce qui se passe sur le continent africain. Cela donne l’impression d’une politique de deux poids, deux mesures. Il s’agit là de l’illustration de l’école réaliste de relations internationales qui stipule que ce monde est gouverné par les rapports de force et les intérêts. L’interdépendance entre Chinois, Russes et Américains est si forte qu’un clash n’arrangerait véritablement personne. Chaque puissance sait respecter la ligne rouge dans leur interrelation réciproque.

Les droits de l’homme, la liberté et l’égalité font profil bas devant certaines réalités liées à la puissance. Les Africains qui croient à un monde de valeurs doivent sortir de l’idéalisme béat pour entrer dans l’espace réaliste. Le défi demeure une intégration politique et économique forte au sein des régions et au niveau continental pour imposer un discours commun au monde qui bouge.

Zoomb-noogo SILMANDE, Analyste/IACDI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s