LIBRES PENSÉES N° 07 : LE DRAME MIGRATOIRE INTERPELLE LA CONSCIENCE MONDIALE

Le 3 octobre 2013, le monde assiste, impuissant, au naufrage d’un bateau de migrants en méditerranée aux larges des côtes de Lampedusa, une île italienne. Ce naufrage qui a fait plus de 366 morts est la deuxième plus grande tragédie de la Méditerranée depuis le début du XXIe siècle. Aujourd’hui, le drame des migrants est bien connu et il est maintenant plus que jamais nécessaire de trouver des solutions idoines à cette détresse presque quotidienne. Bien que les migrations soient un phénomène naturel qui a toujours existé dans l’histoire de l’humanité, la complexité de ses causes et l’accroissement de ses flux en font une préoccupation majeure pour la communauté internationale.

Immigration

Sauvetage d’Africains en Méditerranée (afrikmag.com)

En effet, les 193 Etats membres des Nations Unies, par la Déclaration de New York du 19 septembre 2017, ont émis le souhait de réguler ces migrations afin qu’elles soient plus sûres et ordonnées. Cette déclaration a donné lieu à un long processus de négociations qui devront aboutir à l’adoption d’un Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Ce pacte devra examiner la question de la migration sous tous ses aspects et s’attaquer essentiellement aux principales causes. C’est la première fois qu’un si grand accord concernant les migrations sera signé. Il est d’autant plus important qu’aucun pays ne peut à lui seul faire face aux problèmes causés par les migrations. Tout de même, les Etats Unis ont  senti leur souveraineté menacé par l’adoption de ce pacte et évoquent « plusieurs dispositions qui sont incompatibles avec les politiques américaines d’immigration et de réfugiés et les principes édictés par l’Administration Trump en matière d’immigration »  selon leur ambassadrice à l’ONU, Nikki Haley, sans jamais préciser lesquelles. Le retrait de cette super puissance ne devrait pourtant en rien perturber l’adoption du pacte ni sa capacité future à réguler les migrations.

Le pacte est certainement l’expression d’une prise de conscience d’une coresponsabilité entre les pays du Nord et ceux du Sud pour résoudre le problème des flux migratoires.

Toutefois, l’on ne peut que crainte une plus grande rigidité au niveau du contrôle des frontières suite à son adoption. Le Pacte Mondial, qui devra être adopté en décembre 2018 au Maroc, devra s’attaquer aux causes profondes des migrations ; sans contribuer à la stabilisation de la paix, sans garantir un minimum de démocratie aux pays du Sud souvent dépendants, sans création d’emplois en Afrique et en Amérique du Sud, il sera difficile de freiner ou de ralentir les flux migratoires. En espérant que les droits des migrants seront enfin reconnus, nous osons croire que le pacte viendra mettre fin au calvaire que vivent les migrants en Méditerranée et partout ailleurs dans le monde.

Elysée ILBOUDO, Master I en Diplomatie et Relations Internationales, ULB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s